Alexandre Demers Pas de commentaire

Trading sur le marché des changes (Forex)

Sur le marché des changes, communément appelé le Forex, le volume moyen des échanges quotidiens est d’environ 5,100 milliards de dollars US! Pour vous donner une idée, la Bourse de New York (NYSE) affiche approximativement 75 milliards de dollars de transaction par jour.

Ça vous arrive de trouver qu’il manque de volatilité lorsque vous achetez des actions? Est-ce que vous avez déjà pensé qu’il n’y avait pas assez de volume sur vos titres en Bourse? Vous travaillez de jour et vous ne pouvez pas faire du trading durant les heures d’ouverture de la Bourse. Si vous avez répondu oui à l’une ou l’autre de ces questions, le trading sur le Forex pourrait définitivement vous intéresser!

Les particularités du Forex
Le marchés des changes est ouvert 24 heures sur 24, du fait que chacune des Bourses à travers le monde prennent le relais l’une après l’autre. Évidemment, il y a des périodes plus achalandées lorsqu’il y a un chevauchement de deux sessions de marchés différents (Amérique-Europe, Europe-Asie et Asie-Australie).

Le Forex, accronyme de Foreign Exchange, vous permet de spéculer sur le taux de change d’une devise par rapport à une autre.
Exemple: EUR/USD = 1,3279
Il faut lire 1 Euro équivaut à 1,3279 dollars américains

Sur le Forex, vous pouvez prendre position en achetant parce que vous anticipez une hausse ou en vendant parce que vous anticipez une baisse. Contrairement aux actions, il n’y a pas de mécanique de vente à découvert.

Un autre point important avec le Forex c’est les effets de levier qui vous permettent de prendre des positions d’une plus grande valeur que le capital que vous avez à votre disposition dans votre compte. Par exemple, en utilisant la marge que le courtier vous offre, avec un dépôt de 1,000$ en argent, vous pourriez acheter pour environ 30,000$ d’une devise.

Le Forex c’est dangereux?
La première chose à comprendre c’est que le trading, que ce soit sur les actions, les devises ou les matières premières, c’est toujours risqué. Avant de devenir trader, vous devez être pleinement conscient de l’aspect spéculatif du trading et comprendre les risques inhérents à ce type d’activité.

Est-ce que le Forex est réellement plus risqué que les actions? Non. Par contre, étant donné que vous pouvez commencer avec aussi peu que 100$, ce type de trading attire souvent des débutants n’ayant aucune connaissance ni expérience dans le domaine. Évidemment, certains de ces novices finissent par perdre tout l’argent dans leur compte et blâme le Forex. En fait, c’est de là que provient sa « mauvaise réputation ».

Autrement, si vous connaissez les notions de base du Forex (PIP, lot, spread, etc.) et que vous savez comment bien utiliser les effets de levier, il n’y a pas plus de risque sur le marché des changes que sur le marché des actions. Encore une fois, il suffit de respecter votre stratégie et de prendre position selon ce que le graphique vous indique.

Alexandre Demers Pas de commentaire

À la merci du taux directeur

C’est quoi le taux directeur?

Le taux directeur est le taux d’intérêt auquel la banque centrale prête aux banques commerciales (RBC, TD, BMO, etc.) En contrepartie, ce taux influence les taux préférentiels de ces institutions financières. Le taux préférentiel est le taux d’intérêt que les banques exigent à leurs clients commerciaux les plus solvables. Il sert de taux de référence pour tous les prêts à taux variable. Exemple: taux préférentiel + 2%

Si le taux d’intérêt préférentiel de votre banque augmente, le taux variable de votre prêt hypothécaire augmentera. Et c’est la même chose pour votre marge de crédit à taux variable.

La Banque du Canada établit le taux directeur, elle peut le conserver au même pourcentage, l’augmenter ou le diminuer. La Banque du Canada est l’équivalent canadien de la Réserve fédérale américaine qui détermine le taux directeur des États-Unis. Au Canada, le taux directeur actuel est de 1,75% (depuis le 24 octobre 2018) et il a été aussi bas que 0,25% en 2009.

 

Hausse et baisse du taux directeur

C’est de cette manière que la banque centrale du pays peut contrôler l’endettement des ménages, l’inflation et le taux de change de sa devise.

En augmentant le taux directeur, il est plus difficile d’emprunter alors les gens vont commencer à moins dépenser. Par conséquence, les ventes des entreprises vont chuter et celles-ci vont réduire leur personnel, causant une hausse du taux de chômage. Au contraire, en diminuant le taux directeur, il est plus facile d’emprunter alors les gens vont consommer davantage, augmentant le chiffre d’affaire des entreprises. Pour répondre à la hausse de la demande, elles engageront plus d’employés et ceux-ci achèteront encore plus de produits.

Attention! Le danger des faibles taux d’intérêts c’est qu’ils causent une augmentation de l’argent en circulation et, donc, une baisse de la valeur de la monnaie. Un dollar qui vaut moins ne vous permet plus d’acheter la même quantité d’un produit qu’auparavant. C’est ce qu’on appelle le phénomène d’inflation. C’est ce qui est responsable de la montée des prix des biens et services au fil du temps.

Voir mon article sur l’inflation: Saviez-vous que vous perdez de l’argent à chaque année?

 

Suivi et analyse du taux

Vous pouvez imaginer que les dates d’annonce des taux directeurs sont des journées inscrites sur le calendrier de ceux qui analysent les marchés boursiers ainsi que le marché des changes (Forex). C’est une donnée fondamentale qui a une grande importance parce qu’elle permet d’évaluer la santé de l’économie d’un pays. Une modification d’aussi peu que 0,25% peut rassurer ou inquiéter les investisseurs. Les actions cycliques et les fiducies de placement immobilier (REIT) sont d’ailleurs beaucoup affectées par les ajustements du taux directeur. Les taux d’intérêt ont également beaucoup d’influence sur les devises. Par exemple, une hausse du taux directeur des États-Unis devrait être synonyme d’une hausse de la valeur de la devise.

Retrouvez ici les dates de publication de la Banque du Canada: Calendrier Taux Directeur

 

Alexandre Demers Pas de commentaire

Investir en immobilier avec un petit capital

Saviez-vous que vous pouvez investir dans le secteur de l’immobilier via marché boursier? Laissez-moi vous expliquer qu’est-ce qu’un Real Estate Investments Trusts (REIT).

Un REIT est une fiducie qui détient plusieurs immeubles et dont les actions peuvent être négociées en Bourse. Acheter des actions d’un tel titre est l’équivalent d’acheter des parts d’une entreprise qui s’occupe de l’acquisition et de la gestion d’un parc immobilier.

Contrairement à l’achat d’un seul actif immobilier, les REITs vous permettent de diversifier votre investissement dans l’immobilier sur de nombreux bâtiments et dans différents secteurs (résidentiel, commercial ou industriel).

De cette manière, vous évitez les risques liés au défaut de paiement des locataires et vous n’avez pas besoin d’autant de capital que pour une mise de fonds. De plus, ce type d’investissement est beaucoup plus liquide. Si vous avez besoin de votre argent, vous pouvez vendre vos actions le jour même au lieu de devoir passer par le long processus de vente d’un immeuble.

En résumé, un REIT permet de participer à l’essor du marché immobilier sans dette, sans gérer de locataires, sans devoir vous occuper de l’entretien et sans nécessité une mise de fonds importante.

 

Exemples de REIT

RioCan (REI.UN): locataires dans la vente au détail: Canadian Tire, Walmart, Métro, Loblaws et Target

H&R (HR.UN): locataires corporatifs: Bell Canada, Telus Communication, Banque Scotia, TransCanada Pipeline

Boardwalk (BEI.UN): locataires résidentiels

 

Exemples de Fonds négociés en Bourse regroupant différents REITs:

XRE.TO; VNQ; IYR; ICF; RWR

Alexandre Demers Pas de commentaire

Connaissez-vous les Options?

Vous avez certainement déjà entendu parler des options sur le marché financier mais savez-vous comment les utiliser pour réaliser des profits?

 

Tout d’abord, laissez-moi vous expliquer le lexique spécifique aux options.

Une option vous donne le droit d’acheter ou de vendre un actif sous-jacent (exemple: une action) à un prix défini et dans un délai déterminé.

Il y a 2 types d’options: l’option d’achat (Call) et l’option de vente (Put)

Call: l’acheteur d’options d’achat anticipe une hausse du cours de l’action.

Put: l’acheteur d’options de vente croit que le prix de l’action va chuter.

  • Le prix de levée ou prix d’exercice indique à quel prix le titulaire de l’option peut vendre ou acheter l’actif sous-jacent. Évidemment, l’option n’a de valeur qu’à partir du moment où le cours de l’action dépasse ce prix.
  • La date d’échéance est la date au delà de laquelle l’option devient sans valeur du fait que c’est la date limite à laquelle le titulaire de l’option peut exercer son droit (d’achat ou de vente) ou revendre son option.
  • La prime est le coût d’une option et elle fixée selon le cours de l’action, le prix de levée, la volatilité du titre et le temps restant jusqu’à l’échéance. Étant donné qu’une option porte sur un lot de 100 actions, si la prime d’une option est fixée à 1,25$ par action, l’option coûtera 125$.

 

 Pourquoi acheter une option d’achat au lieu d’acheter des actions?

Prenons un exemple fictif :

*Le cours de l’action XYZ est de 16$.*

Vous pourriez acheter 200 actions à 16$ pour un total de 3,200$.

OU

Vous pourriez acheter 2 options d’achat (Call) pour un total de 150$.

(2 lots de 100 actions sous-jacentes pour une prime de 0,75$ : 2 x 100 x 0,75$ = 150$)

*Le cours de l’action XYZ monte à 20$.*

En vendant les actions à 20$, vous auriez réalisé un rendement de 25%.

Prix de vente : 200 x 20$ = 4,000$ ; Prix d’achat : 3,200$ ; Profit : 800$

En vendant vos 2 options d’achat, vous auriez réalisé un rendement de 300%.

Prix de vente : 2 x 100 x 3,00$ = 600$ ; Prix d’achat : 150$ ; Profit : 450$

 

Comme vous pouvez le constater, acheter des options d’achat requiert moins de capital que l’acquisition d’actions et le rendement est beaucoup plus élevé.

 

Utiliser les options de vente comme police d’assurance (protective puts)

Un petit exemple pour illustrer comment combiner l’achat d’actions avec l’action d’options de vente (Put) pour limiter vos pertes en cas de chute du cours de l’action.

*Le cours de l’action XYZ est à 32$.*

Plusieurs jours avant, vous achetez 100 actions à 28$ pour un total de 2,800$.

Vous avez donc un profit ouvert de 400$.

Vous voulez vous protéger contre une forte baisse du prix de l’action alors vous achetez une options de vente à une prime de 1,60$ pour un total de 160$. (1 x 100 x 1,60$).  

*Le cours de l’action XYZ descend à 26$.*

Vos actions valent maintenant 2,600$ donc vous avez subi une perte de 200$.

Par contre, vous pouvez vendre votre option de vente pour un total de 600$. (1 x 100 x 6,00$) Votre profit avec l’option de vente est de 600$ – 160$ = 440$. 

Dans un tel cas, même avec la chute du cours de l’action, vous réalisez un profit de 240$.

 

Évidemment, il y a d’autres stratégies possibles avec les options. Je vous les présenterez en détails dans un prochain article!

Alexandre Demers Pas de commentaire

TOP 5: Les mythes du trading

1 – La Bourse c’est comme le casino

Ceux qui ne connaissent pas le trading peuvent penser que c’est uniquement du hasard et que c’est davantage de la chance que des connaissances ou de l’expertise. Il est vrai que sur les marchés boursiers ou sur le Forex, tout est une question de probabilité car il y aura toujours une certaine part d’incertitude. Par contre, le fait qu’il y ait des traders partout à travers le monde qui parviennent à dégager des profits à chaque année ne laisse plus place à la chance. On peut être chanceux quelque fois à la Bourse mais il faut une manière de procéder pour réussir à répéter les journées profitables.

2- Le day trading c’est nouveau

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la pratique du day trading n’est pas une nouvelle façon de réaliser des gains sur les marchés boursiers. On a commencé par le faire directement sur le parquet de la Bourse puis on s’est mis à appeler nos courtiers pour qu’ils le fassent à notre place. Maintenant, l’accessibilité à la Bourse et les frais de commissions minimes permettent au grand public de devenir day trader à partir de leur ordinateur ou de leur téléphone cellulaire.

3- Pour être un trader, il faut être un expert de la finance

Bien qu’avoir quelques connaissances du monde financier ne font pas de tord, pour réussir en day trading vous n’avez pas besoin de lire des états financiers ou de comprendre la conjoncture économique. L’objectif du trading ce n’est pas de battre le marché, c’est de suivre sa direction. Le trader utilise l’analyse technique pour interpréter les graphiques afin de prendre position lors d’un fort momentum. C’est davantage une question de stratégie et de gestion du risque que de connaissances en finance.

4- On peut juste faire de l’argent quand ça monte

Logiquement, on pourrait croire qu’il est seulement possible de générer des profits lorsque le prix d’un actif augmente. En réalité, avec le trading ce n’est pas le cas. En effet, on peut réaliser des gains sur les marchés, qu’ils soient en forte hausse ou en chute libre. Avec la vente à découvert, les ETF inversés et les options de vente (put), un trader expérimenté a tous les outils à sa disposition pour profiter des baisses de prix.

5- Le trading permet de gagner de l’argent facile

C’est une autre croyance que les gens peuvent avoir avec toutes les images véhiculées par les fausses publicités qui mettent de l’avant des « stratégies simples à suivre » pour vous faire devenir millionnaire du jour au lendemain. Oui le trading est beaucoup plus flexible qu’un emploi à temps plein. Et oui, il est possible de réaliser des gains considérables à partir de l’ordinateur de sa maison. Néanmoins, il ne faut pas oublier la période d’apprentissage vous permettant d’acquérir l’expérience nécessaire pour devenir un trader profitable.

 

Alexandre Demers Pas de commentaire

Comment investir dans les FNB?

Les Fonds Négociés en Bourse (FNB) ou Exchange-Traded Funds (ETF) en anglais peuvent ressembler aux fonds mutuels sauf qu’ils sont achetés et vendus sur les marchés boursiers. Comme les actions cotées en Bourse, le prix d’une part d’un FNB fluctue selon les échanges et peuvent être transigé directement à partir de votre plateforme de courtage en ligne.

Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il y a plusieurs types de Fonds Négociés en Bourse. Les FNB indiciels sont les plus connus. Ces ETF sont conçus de façon à reproduire, le plus fidèlement possible, le rendement d’un indice boursier spécifique tel que le S&P500 ou le S&P/TSX. Il y a aussi les FNB à thématique qui peuvent refléter le rendement global d’un secteur d’activité spécifique tel que le secteur du cannabis ou encore le secteur du blockchain. De cette manière, vous n’avez pas besoin de sélectionner une action précise, vous devez plutôt choisir un FNB qui a une exposition à différentes compagnies du secteur que vous ciblez.

Il existe également des FNB gérés activement qui peuvent vous permettent de choisir un portefeuille qui vous propose une exposition aux types d’actions ou d’obligations qui vous conviennent. Ces FNB contiennent un panier de différents titres et offrent une solution de diversification pour les investisseurs indépendants. Évidemment, les frais de gestion des FNB sont beaucoup moins élevés que les fonds communs de placement des institutions bancaires ou les fonds distincts des compagnies d’assurances.

De plus, les Fonds Négociés en Bourse peuvent même être utilisé pour faire du day trading grâce aux ETF à effet de levier et aux ETF inversés. Par exemple, vous pourriez acquérir des parts du FNB Horizons BetaPro Crude Oil 2X Daily (HOU.TO) qui reproduit 2 fois le rendement quotidien du prix du pétrole brut pour profiter d’une forte hausse durant la journée.

Pour trouver le FNB qui convient à votre stratégie, visitez le site web de compagnies telles que Vanguard et Horizons qui vous offrent une grande variété de Fonds Négociés en Bourse.

https://www.fnbhorizons.com/

https://www.vanguardcanada.ca/individual/portal.htm

Alexandre Demers Pas de commentaire

Les avantages de la Bourse par rapport à l’immobilier

L’investissement immobilier

Devenir propriétaire nécessite de l’implication tel que la gestion des conflits entre vos locataires et l’entretien général de votre immeuble. Vous devez être quelque peu débrouillard si vous ne voulez pas dépendre des services coûteux de sous-traitants. Il y a également des coûts fixes tels que les taxes scolaires/municipales que vous devez acquitter même si certains de vos logements sont vacants.

Un autre point important c’est que l’investissement immobilier requiert un plus grand capital de départ. Avec le prix moyen des immeubles à revenu, la mise de fonds initiale est souvent une barrière à l’entrée pour ceux qui voudraient débuter dans le domaine. Investir tout ses avoirs dans une bâtisse, c’est mettre ses œufs dans le même panier, ce panier étant le marché immobilier. Bien que le secteur de l’immobilier est reconnu à long terme comme un placement sûr, vous n’êtes pas à l’abri d’une hausse des taux d’intérêt qui pourrait vous causer des périodes plus difficiles.

L’investissement en Bourse

En achetant des actions dans différents pays et dans divers secteurs d’activité, le marché boursier facilite la diversification adéquate de vos placements. Vous pouvez choisir la durée des transactions qui convient le mieux à votre capital de départ, votre tolérance au risque et à vos objectifs à court et à long terme. De plus, la Bourse assure une meilleure liquidité (accès à votre capital) du fait que les titres s’échangent en un seul clic et peu importe où vous êtes.

L’investissement à long terme à la Bourse demande très peu de gestion une fois que votre portefeuille boursier a été correctement construit. Le marché des actions peut vous permette de faire fructifier passivement votre capital au fil du temps et peut également générer des revenus récurrents provenant du versement de dividendes.

Finalement, il faut aussi savoir que vous pouvez réaliser des profits avec le trading même lorsque les titres sont à la baisse. En effet, peu importe la direction du marché, il est possible de faire des gains avec la vente à découvert, les ETF inversés et les contrats d’option.

Alexandre Demers Pas de commentaire

Swing trading: trader à temps partiel

La plupart des gens qui commence à s’intéresser au Forex ou au monde de la Bourse voudrait devenir trader et gagner leur vie de cette façon. Dans les faits, il n’est pas réaliste de croire que, du jour au lendemain, n’importe qui peut générer des profits constants avec le day trading. Faire des gains en Bourse à l’intérieur d’une journée n’est pas aussi évident que ça peut paraître. Pour réussir à dégager un revenu en étant day trader, il faut passer au travers un processus d’apprentissage et avoir un certain capital de départ.

Par contre, ce qu’il faut comprendre c’est qu’il y a d’autres manières de réaliser des profits à court terme avec la Bourse, autre que la pratique du day trading. En effet, il est possible d’acheter des actions et de les conserver plus longtemps qu’une journée dans le but de profiter d’un renversement de tendance qui peut se prolonger pendant quelques jours, voir quelques semaines. C’est ce qu’on appelle le swing trading. L’objectif de cette façon de faire est de profiter d’une forte hausse du cours de l’action après une cassure confirmée d’une tendance baissière, ou l’inverse dans le cas d’une vente à découvert (short selling).

Le swing trading est un moyen de faire vos premiers pas en Bourse et de réaliser des gains sans avoir un capital de départ exorbitant et sans devoir passer la journée devant vos écrans d’ordinateur. Avec l’analyse des graphiques, vous pouvez repérer des signaux d’achat et bénéficier des fluctuations à court terme du marché grâce à l’identification de revirements de tendance. Tout cela, avec une implication à temps partiel, vous permettant de conserver votre emploi et d’acquitter vos obligations quotidiennes.

Alexandre Demers Pas de commentaire

L’objectif du trader : l’indépendance

L’intérêt envers le monde de la Bourse et le trading apparaît la plupart du temps de façon naturelle suite à la lecture d’un livre, le visionnement d’un film ou en naviguant sur Internet à la quête de nouvelles connaissances. Le point commun des gens intéressés par l’investissement autonome c’est le désir profond d’en savoir plus et de devenir indépendant.

De plus en plus de personnes découvrent les plateformes de courtage en ligne et réalisent qu’il est possible de gérer soi-même son portefeuille. Certains optent pour l’investissement passif pour faire fructifier leur avoir tandis que d’autres développent littéralement une passion pour le trading. Il faut comprendre qu’il n’est pas nécessaire de gagner sa vie avec les marchés boursiers pour comprendre et adopter la philosophie du trader.

Un trader ne veut pas se confondre dans la masse et faire partie de la moyenne. La routine de la société ne l’intéresse pas, il est prêt à mettre beaucoup d’efforts et de temps dans l’acquisition d’aptitudes qui lui permettront de prendre le contrôle de la croissance de son capital. Le but ultime étant de générer suffisamment sans dépendre d’un employeur ou sans devoir être continuellement à la recherche de nouveaux clients

Un trader travaille toujours dans l’optique de faire travailler son argent encore plus fort que lui.

 

« Souvent, les gens travaillent de longues et dures heures dans des jobs qu’ils détestent, pour gagner de l’argent pour s’acheter des choses dont ils n’ont pas besoin, pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas. » – Nigel Marsh

Alexandre Demers Pas de commentaire

Les erreurs à éviter en Bourse!

Manque de connaissance
La plupart des gens qui ont perdu de grandes sommes en Bourse sont ceux qui ont négligé l’apprentissage des concepts de base de l’investissement autonome. Ils n’avaient pas le bagage nécessaire pour faire leur propre analyse alors ils se sont fiés sur les ouï-dire de leur entourage pour investir. En voulant vous lancer trop rapidement dans le trading, il est fort probable que vous commettiez des erreurs coûteuses qui auraient pu être évité.

Mauvaise gestion du risque
Les traders qui commencent en Bourse ont de la difficulté à accepter leur perte et espèrent constamment que leurs titres finissent par remonter. Avec cette mentalité, ils laissent leurs actions tomber en chute libre avant de finalement accepter de clôturer leur position à perte. De plus, après une période de stress liée aux pertes, les traders débutants se mettent à couper leur profit beaucoup trop rapidement, par peur de retourner encore dans le négatif. Ils se retrouvent alors à cumuler de grosses pertes et à n’obtenir que de minimes gains.

Overtrading
Pour finir, le trading peut devenir très addictif pour certaines personnes, surtout après une série de transactions gagnantes. C’est pour cette raison qu’il faut parfois limiter le nombre de transactions pour éviter l’overtrading. Il faut vous assurer que lorsque vous prenez position, c’est toujours de façon rationnelle et réfléchie et non pas pour l’excitement que ça vous procure. Autrement, votre passion du gambling pourrait vous coûter cher.